Un cas rare : l’emploi du médical sportif pour le public

La 8ème journée de la Premier League anglaise à Saint James Park le terrain de Newcastle. Lors de la rencontre entre Newcastle et Tottenham, suite au signalement d’un problème par des spectateurs, deux joueurs ont indiqué à l’arbitre une urgence en tribune. Il s’agissait d’une crise cardiaque. Le match a été interrompu, un joueur de Tottenham traversant même le terrain pour indiquer le besoin de l’envoi d’un défibrillateur en urgence dans la tribune. Et c’est un membre du staff médical sportif qui l’a emmené vers le lieu où se trouvait le spectateur en besoin de soins urgents.

L’incident est rare, surtout avec interruption de la rencontre. Dans le principe, en France, les staffs médicaux pour les sportifs et les spectateurs sont dissociés, même si bien entendu en cas d’urgence, une intervention d’un médecin dédié aux joueurs est toujours possible vers un spectateur ou un membre du personnel. C’est d’ailleurs une obligation déontologique.

 Il est par contre étonnant que les secours tribune aient été dans l’urgence suppléés par l’équipe sur le terrain, probablement à quelques secondes près, pour l’acheminement d’un défibrillateur. 

Techniquement, l’arrêt du match nous semble devoir être bien expliqué dans ses causes aux spectateurs présents pour éviter les rumeurs, et pire, un mouvement de foules. Ainsi lors des attentats de novembre 2015, la question d’un arrêt de la rencontre, au Stade de France suite aux explosions à l’extérieur et aux attaques du Bataclan et des Terrasses -un temps évoqué-, avait été écartée au profit d’une préparation de l’évacuation du stade en fin de rencontre, comme prévu. On avait même pendant un temps confiné une partie de la foule sur la pelouse, le PC estimant la mesure préférable à une sortie continue des spectateurs. 

Rien de tout cela à Newcastle… fort heureusement. 

Le lien vers l’article du site Sports.fr

Lien vers le compte rendu d’Espn

Crédit photo : Sport.fr

Partagez cet article !