Directeur sécurité-sûreté : Quel profil type dans l’avenir ?

La revue Info protection s’est livrée à un exercice des plus stimulants. Elle a posé la même question à un panel d’experts : a quoi ressemblera  le directeur sécurité-sureté (DSS)  dans 5 ans ? Dans la continuité, le Club des Directeurs de Sécurité et de Sureté des Entreprise (CDSE) a diffusé sur son site l’interview de Mme Louvet Présidente de sa Commission Carrière et Emploi. 

Les enseignements de cet exercice sont multiples. Dans une profession finalement assez nouvellement structurée et dans un contexte où le continuum sécurité publique/ sécurité privée voit la frontière glisser vers cette dernière, les réponses apportées méritent attention. Sans que l’analyse puisse se revendiquer comme statistiquement déterminée, les points mis en avant peuvent être envisagés comme autant de repères crédibles pour l’avenir.

A travers les verbatim présentés, on retrouve les qualités devenues nécessaires à la fonction :

  • culture générale et spécifique « sécurité » validée par une certification diplomante ;
  • expérience opérationnelle dans des expériences dans les forces régaliennes ou non, et compréhension des problématiques opérationnelles du terrain ;
  • capacité à faire admettre la sureté/ sécurité comme une fonction créant de la valeur dans un ensemble large qu’est l’entreprise, dans une logique d’amélioration continue
  • compréhension des enjeux liés à la démarche qualité dans sa globalité, au besoin en sollicitant des experts métiers dans les domaines identifiés comme lacunaire; 
  • compréhension de l’écosystème d’affaire de la sécurité privée, y compris dans une doctrine de continuum et de ce fait capacité à tisser des réseaux dans la sphère des entreprises et des acteurs publics

Enfin, l’analyse très dense réalisée par E.Haehnsen mentionne un focus marqué vers la question de la cybersécurité. 

Pour sa part, F.Louvet distingue deux  profils de DSS :  « corporate » ou « opérationnel ». Dans cette vision, le DSS « corporate » se penche sur des aspects parfois éloignés d’une approche classique : faire face aux risques réputationnels ou aux question de protection de l’information.  

Au final, ce portrait type esquissé par des professionnels reconnus nous conforte dans une démarche privilégiant une vision transversale et globale, mettant en avant la culture de l’écrit et la rigueur des procédures. 

CISPE intègre ces différentes qualités pour sensibiliser et former ses ingénieurs. Il nous semble important d’ajouter que les futurs directeurs sécurité doivent, pour mener à bien la stratégie sécurité, utiliser une démarche de conduite de projet (coûts, qualité, délai).

Article de synthèse d’info-protection

Interview de Mme Louvet -Présidente de la Commission Carrière et Emploi du CDSE

Partagez cet article !